Restauration de l'église de Massat

Publié le par massadèls

Les dégâts dus à l'humidité, lorsqu'il y avait des gouttières!Les dégâts dus à l'humidité, lorsqu'il y avait des gouttières!
Les dégâts dus à l'humidité, lorsqu'il y avait des gouttières!Les dégâts dus à l'humidité, lorsqu'il y avait des gouttières!Les dégâts dus à l'humidité, lorsqu'il y avait des gouttières!

Les dégâts dus à l'humidité, lorsqu'il y avait des gouttières!

En Couserans, au cœur du Parc Naturel régional des Pyrénées Ariégeoises, l’Eglise de la Nativité de la Sainte Vierge, qui appartient à la ville de Massat, a été construite au XVIII° siècle sur l’emplacement de l’ancienne église romane trop petite.

A l’époque, la population de cette vallée, une des plus peuplées de l’Ariège, était de 12 000 habitants en 1749, alors qu’elle est à ce jour de 640 habitants. C’est dire que la ville de Massat n’a plus les moyens pour entretenir cet immense édifice.

Si la population a tant diminué c’est que cette vallée a perdu beaucoup de ses enfants  dans la force de l’âge lors de la guerre 1914/1918 et par suite de la révolution industrielle des années 1950/1970.

Pour sauver cette église il est nécessaire de corriger les désordres dus à l’humidité : dégradation des enduits, effacement du décor peint, détérioration des lambris et des tableaux.

Des travaux ont déjà été réalisés par l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Massatois : rénovation du clocher et de la façade, réhabilitation de la chapelle de la Vierge, remise en état du lustre en bois doré.

L’association, reconnue d’intérêt général,  a reçu délégation de la ville pour recueillir les dons. Les mécènes pourront bénéficier de dégrèvements fiscaux.

Cette souscription a pour objet la restauration intérieure du chœur de l’église, comprenant les décors peints, les boiseries, les tableaux et la mise en lumière, pour un montant de 596 000 euros, et sauvegardera ainsi un patrimoine culturel du XVIII° siècle.  

 

Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article